Kylie Minogue et la French Touch

Traduction française de ma communication dans le cadre du symposium Kylie qui s’est déroulé à l’Université de Maynooth les 15 et 16 novembre 2019. Les illustrations extraites de ma présentation vidéo demeurent en anglais. Ma présentation vidéo complète, ma bibliographie et la version originale du texte en anglais sont disponibles en fin d’article. (Paper presented at the Kylie Symposium held at Maynooth University on November 15-16, 2019. English version, slides and bibliography below).

À la sortie de l’album Fever de Kylie Minogue (2001), les critiques ont rapidement fait le lien entre la chanson Love At First Sight et les hits internationaux d’artistes de la French touch tels que Daft Punk et Stardust. Dans NME, Alex Needham mentionne l’influence des « robots français » qu’il associe à un « effet de disco filtrée » qui « éclabousse de toute part » la chanson. Lorsque Alexis Petridis, dans le Guardian, parle des « effets électroniques largement empruntés à Daft Punk », il fait allusion à la même technique. Il mentionne également des similitudes avec Music Sounds Better With You (1998) de Stardust, qui utilise des effets similaires. Dans le même ordre d’idée, Jacquelin Hodges fait le lien avec le groupe Modjo, et Hunter Felt avec la chanson Digital Love des Daft Punk.

Mais qu’est-ce que cette French touch dont Love At First Sight semble s’être inspirée ? En quoi se distingue-t-elle de la « simple » House ou Deep House dont elle hérite ? C’est précisément l’objet de mes travaux de ces derniers mois, dont les conclusions seront communiquées dans un article à venir. Les éléments de définition qui ressortent de ma revue de la littérature sont essentiellement de nature sociale, historique ou géographique. J’ai cherché à les compléter sur le plan musical en m’appuyant sur l’analyse comparative de quatre titres représentatifs de la French touch et de quatre titres de Deep House. En m’appuyant sur ces travaux, je montrerai ce que Kylie Minogue emprunte au langage musical et aux caractéristiques extra-musicales de la French touch dans Love At First Sight. Puis je ferai le bilan des éléments pris et laissés à la French touch par Kylie Minogue, ce qui me permettra d’ouvrir le cas particulier de cette chanson à une problématique plus large des popular music studies, la question des relations entre les scènes underground et mainstream

Une influence musicale

L’usage de filtres est sans doute l’influence musicale la plus probante de la French touch sur Love At First Sight ; c’est celle que soulignent en priorité Needham et Petridis. Pour rappel, le filtrage est l’atténuation artificielle par des moyens électroniques de certaines fréquences du spectre sonore. Il est omniprésent en musique populaire : constitutif d’effets comme le wah-wah ou le phaser, il est également au cœur de la synthèse soustractive, qui permet de moduler le timbre des synthétiseurs analogiques. Mon analyse montre que les artistes de la French touch font du filtrage un usage à la fois très fréquent, diversifié, et ostensible. 

L’un de ses usages les plus spécifiques et audibles consiste à filtrer drastiquement l’ensemble des pistes instrumentales, comme le font les Daft Punk dans les huit premières mesures d’Around The World avec un filtre passe-bas atténuant les fréquences au-dessus de 1000 Hz. Cet effet est encore plus évident lorsqu’il est associé à une variation de la fréquence de coupure du filtre, c’est à dire la fréquence limite à partir de laquelle le spectre est amputé ; ce que Simon Reynolds appelle un « balayage de filtre passe-bas » (« low-pass filter sweep » in Energy Flash, 2008). C’est ce que font les Daft Punk à partir de la 9e mesure d’Around The World (vidéo). L’introduction de Music Sounds Better With You de Stardust (1998) est constituée pour sa part d’un sample joué en boucle et soumis à un filtre passe-bande, c’est à dire atténuant à la fois les fréquences graves (en-dessous de 400 Hz) et aiguës (au-dessus de 3000 Hz), sans variation de la fréquence de coupure (vidéo). Kylie Minogue s’inspire des deux dans l’introduction de Love At First Sight, avec un filtre passe-bande entre 100 et 1000 Hz, qui s’ouvre d’abord très progressivement, puis beaucoup plus rapidement sur le tout dernier temps des quatre mesures d’introduction (vidéo). Elle emprunte également à Music Sounds Better With You l’idée, particulièrement efficace, d’un filtrage passe-bas très prononcé de tous les pistes sauf la voix (vidéo). Dans Love At The First Sight, ce passage est particulièrement mis en valeur par des « balayages de filtre passe-bas » jouant le rôle de « fondus enchaînés » spectraux (vidéo). Peut-être avez-vous remarqué ces jolies courbes très visibles dans le spectre de Music Sounds Better With You ?

Il s’agit d’un effet phaser, c’est à dire un filtre associé à un signal sinusoïdal qui varie sa fréquence de coupure. Cet effet de la famille des filtres, très utilisé par les Daft Punk par ailleurs, est omniprésent dans cette la chanson ainsi que dans Love At First Sight, où il est audible mais demeure invisible sur le spectrogramme.

Dans son langage mélodique et harmonique, Love At First Sight ne me semble pas particulièrement inspirée par la French touch. Il n’y a d’ailleurs pas de langage mélodique ou harmonique particulièrement typique de la French Touch : sur les quatre titres que j’ai analysés, l’un est polyphonique et clairement modal, le second est harmonique et tonal, le troisième est également harmonique mais modal, et le dernier est atonal !

Il existe toutefois une constante dans la façon de développer les motifs mélodiques, harmoniques et rythmiques à partir d’une idée-source externe, un sample dans trois cas sur quatre. D’une certaine façon, Kylie Minogue s’inscrit dans cette démarche puisque le riff principal de six notes, répété et arrangé sous diverses formes tout au long de la chanson est dérivé de deux inspirations extérieures. En effet, si l’on observe le riff de Love At First Sight, notamment sa basse, il apparaît que sa première mesure rappelle la première mesure de la ligne de basse d’Around The World, tandis que la seconde est très proche rythmiquement et mélodiquement de la 4e mesure de celle de Music Sounds Better With You.

Bien entendu, on pourrait m’opposer que je tire des conclusions à partir de groupes de 3 notes ; mais ce ne sont pas n’importe quelle notes ! Les trois premières notes d’Around The World proviennent en fait de la chanson Good Times de Chic (1979). Cette ligne de basse, parmi les plus influentes des musiques populaires, a directement inspiré de nombreux autre titres tels que Rapper’s Delight de Sugarhill Gang (1979) dont la piste instrumentale n’est autre qu’un replay (version rejoué à l’identique en studio) de Good Times, mais également Another One Bites The Dust de Queen (1981), Wot? de Captain Sensible (1982) et bien sûr, Around The World des Daft Punk (1997) qui ont mentionné lors d’une interview dans Wax Poetics en 2013 l’influence directe de Chic sur ce titre. Toutes ces chansons ont reprise telle quelle la formule constituée de 3 noires staccato sur tonique marquant 3 temps successifs, tandis que la suite varie suivant les versions en gardant toujours l’idée d’un rythme contrastant syncopé dans la mesure suivante.

J’interprète donc ces 3 premières notes du riff de Love At First Sight comme une nouvelle ligne de basse « fille » de Good Times, transitant sans doute par l’influence d’Around The World. 

Quant à la seconde mesure, on y reconnaît sans difficulté le rythme syncopé et le motif mélodique du sample de Fate de Chaka Khan (1981) qui constitue le socle de Music Sounds Better With You. Si la similarité avec le sample seul est manifeste, elle s’avère encore plus évidente dans la 4e mesure du riff lorsque la basse (ajoutée par Stardust) double la partie supérieure des accords joués par un Clavinet dans le sample.

Dans le montage qui suit, lesdits extraits d’Around The World et Music Sounds Better With You, adaptés à la tonalité et au tempo de Love At First Sight, sont joués successivement, suivis par le riff de Kylie Minogue puis joués simultanément pour mettre en évidence l’influence mélodique :

Il est intéressant de constater que le matériau mélodique emprunté par Kylie Minogue aux Daft Punk et à Stardust est précisément celui qu’eux-même avaient emprunté dans un premier temps à leurs idoles disco. 

La question de la francité

La littérature existante définit plus volontiers la French touch par des caractéristiques extra-musicales, qu’elles soient sociales, historiques, ou géographiques. Kylie Minogue en partage-t-elle certaines ? Pas vraiment. Elle n’est pas issue du milieu des musiques électroniques, n’a pas grandi dans le Paris des années 80 ni composé son album en home-studio. Raphaël Malkin raconte une rencontre en 2000 entre Kylie Minogue et Frédéric Agostini, l’organisateur et exportateur des soirées Respect (emblématiques de la French touch), suite à une soirée dans un club de Los Angeles où elle avait assisté à un concert de Dimitri From Paris et Thomas Bangalter (membre commun de Daft Punk et Stardust). Mais cela ne suffit pas à l’inclure dans le grand réseau amical et professionnel qui tient souvent lieu de définition sociale de la French touch. Toutefois, au vu de certains indices, il est permis de croire que Kylie Minogue aurait pu chercher à imiter la soi-disant « francité » de la French touch… une notion elle-même problématique. 

La francité de la French touch fut souvent questionnée au sommet de sa popularité. Avec le recul, il apparaît que rien de particulièrement « français » ne caractérise l’ensemble de ses titres les plus influents. L’hypothèse d’une filiation directe avec la musique concrète du GRM ou du disco français de Cerrone ou Ottawan est remise en cause par Olivier Julien (2002). Quelques artistes comme Dimitri « From Paris » exploitent la réputation touristique de Paris mais cette tendance reste minoritaire. À l’étranger, la qualité commune reconnue aux artistes de la French touch est une certaine « élégance », un « raffinement » jugé typiquement français comme le luxe ou la mode. Si le soin apporté à l’image, à la vidéo, aux costumes et au packaging par la plupart de ces artistes sont indéniables, les corréler à leur nationalité relève sans doute du cliché. Néanmoins, on peut se demander Kylie Minogue ne joue pas elle aussi, de façon tacite et discrète, de ce cliché. Pour en avoir une idée plus précise, observons de plus près trois clips de l’album Fever, à commencer bien sûr parce celui de Love At First Sight :

Deux éléments me rappellent les Daft Punk dans ce clip. Le premier, c’est le casque porté par les danseurs à partir de 3’20” qui n’est pas sans rappeler ceux des Daft Punk. L’année précédent le tournage du clip, les Daft Punk avaient fortement impressionné en dévoilant leurs fameux casques conçus par Tony Gardner, et associés à leurs nouvelles identitées publiques de personnages-robots.

Le second concerne la chorégraphie « robotique » qui démarre à partir de 2’20” et qui n’est pas sans rappeler celle des personnages du clip d’Around The World. Dans son article Seven Ages Of Kylie Minogue (2008) Lee Barron évoque l’aspect et les mouvements « robotiques » des danseurs dans le clip de Can’t Get You Out Of My Head (2001) et leur continuité dans la tournée Kylie Fever 2002 avec le costume de Kyborg Queen. Pour revenir à Love At First Sight, les costumes qui apparaissent à partir du deuxième couplet à 1’12” me rappellent le personnage de Leeloo dans le film Le Cinquième Élément de Luc Besson (1997). Un film qui partage de nombreux points communs avec les chansons de French touch : oeuvre d’un d’un créateur français inspiré par des modèles anglo-saxons, il obtient un succès international en 1997, au moment même où la mode de la musique électronique française était en plein essor. A noter, les costumes de ce film furent conçus par Jean-Paul Gaultier, une figure de la haute-couture française.  

Le clip de Come Into My World (2002), tourné à Boulogne Billancourt près de Paris, met en scène de nombreux clichés parisiens à travers ses personnages et ses décors. Sa réalisation fut confiée à Michel Gondry, auteur des clips d’Around The World et de Music Sounds Better With You quelques années plus tôt. Gondry fait partie de ces créateurs visuels réputés pour avoir donné à la French touch une touche d’élégance considérée comme typiquement française. À ce titre, son travail fut par exemple présenté lors d’une exposition consacrée aux aspect visuels de la French touch, aux musée des Arts Décoratifs à Paris en 2012 (Gastaud, 2012). 

Bien sûr, aucun de ces éléments visuels pris indépendamment ne suffirait à donner à Fever cette aura de francité fantasmée : les Daft Punk ne sont ni les seuls ni les premiers à invoquer une imagerie robotique, d’ailleurs Barron considère le Kyborg comme « inspiré de Metropolis/Star Trek » ; et Michel Gondry a beaucoup travaillé avec des artistes internationaux sans que l’on y décèle un quelconque lien avec la French touch. Mais ce faisceau d’indices concordants, dans ce contexte musical et temporel, corrobore l’hypothèse d’une influence française, ou plutôt l’influence d’une francité un peu fantasmée telle que celle qui a contribué à la réputation de la French touch, sur le travail vidéographique qui accompagne les singles de l’album Fever

Sur l’underground et le mainstream

Après avoir montré, sur le plan musical et extra-musical, ce que Kylie Minogue a pris à la French touch, il me paraît intéressant de questionner ce qu’elle a choisi de laisser. A travers ces différences, nous verrons se tracer une ligne de démarcation entre deux facettes de l’industrie musicale que l’on présente souvent comme contradictoires, l’underground et le mainstream. Ce sera l’occasion, à travers l’exemple étudié aujourd’hui, de contribuer à en tracer les contours.

Alors que le statut mainstream ne fait guère débat en ce qui concerne Love At First Sight, la French touch qui évolue de l’illégalité des raves parties parisiennes aux succès radiophoniques comme Music Sounds Better With You est plus difficile à classer. La relation d’attirance-répulsion entre la French touch et l’industrie musicale est l’une de ses caractéristiques extra-musicales communément admises, si l’on en croit Schütz (2014) ou Malkin (2015). Les Daft Punk incarnent parfaitement cette ambiguïté. Connus pour masquer leurs visages par rejet du star-system, une attitude inspirée notamment par le label de techno Underground Resistance, ils acceptent de signer chez Virgin, une major, à condition de rester entièrement indépendants sur le plan artistique.
Cette liberté artistique est favorisée par une approche plus artisanale de la production musicale centrée autour du home-studio. En enregistrant leur musique « at home » à l’aide des nouvelles technologies démocratisées au cours des années 80 et 90, ils s’épargnent le passage obligé dans les grands studios d’enregistrement, ces temples de la musique enregistrée qui représentent des coûts de fonctionnement importants et donc un temps passé sur place limité. Débarrassés de la nécessité d’un tel investissement, auparavant consenti par les maisons de disques en échange de garanties de rentabilité qui se traduisent généralement par un droit de regard des stratèges commerciaux sur le travail créatif, les artistes de la French touch disposent de toute l’indépendance artistique à laquelle ils aspirent.

Le son rugueux et le mixage ingénieux mais approximatif de l’album Homework des Daft Punk (1997), relevés notamment par Poschardt (1997) qui y voit une qualité à l’instar de la critique de l’époque, ne sont pas imités par Kylie Minogue dans Love At First Sight, qui reste une production très « professionnelle », lisse voire aseptisée, menée en studio d’enregistrement par des producteurs et techniciens parfaitement aux fait des techniques et standards usuels de l’industrie du disque. Cette différence de production est à mettre en relation avec les propos d’Agnès Gayraud, qui souligne dans sa Dialectique de la Pop (2018) l’importance de l’amateurisme dans la notion de génie telle qu’elle est comprise dans le champ des musiques populaires. 

Cette indépendance n’est pas seulement économique, mais peut également se manifester en terme de collaboration artistique. Les Daft Punk, comme Stardust, Motorbass, Cassius, Mr. Oizo ou Air, ont été, au moins à leurs débuts, à la fois compositeurs, interprètes, techniciens et producteurs de leur musique, en solo, duo (le plus souvent) ou trio. Les crédits d’Homework sont expéditifs : « Toutes les chansons écrites, interprétées et produites par Thomas Bangalter & Guy-Manuel de Homem-Christo. Mixé et enregistré chez les Daft » (All tracks written, performed and produced by Thomas Bangalter & Guy-Manuel de Homem-Christo. Mixed and recorded @ Daft House, ma traduction).

Une collaboration pour le moins limitée, à comparer avec la trentaine d’auteurs, compositeurs, musiciens, producteurs, mixeurs et ingénieurs divers entourant la chanteuse australienne sur Fever. Là encore, il est intéressant de faire la relation avec les propos de Gayraud (2018) sur l’importance du travail d’équipe et de la répartition des tâches dans le processus d’élaboration des musiques populaires dites mainstream.

Dans son article The Seven Ages of Kylie Minogue Lee Barron parle des « identités multiples » de Kylie Minogue, faisant le rapprochement avec d’autres grands noms de la pop (en tant que genre), tels que David Bowie ou Madonna, qui partagent les même « qualités caméléoniques », le même sens du « pastiche » qu’il qualifie de « postmoderne ». La French touch, parmi des dizaines d’autres modes passagères, permet à la performeuse pop d’incarner un nouveau personnage et de se réinventer. On peut y voir une forme de reconnaissance méritée par ceux qui ont su conquérir le cœur du public ; ou, comme certains puristes, une perversion de l’expression considérée comme pure et authentique de la French touch des premières heures. Quoi qu’il en soit, une examen attentif des éléments pris et laissés par la chanteuse à la French touch dans cette démarche de réappropriation montre deux choses : bien qu’influencée par la mode de la French touch, Kylie Minogue ne cesse à aucun moment d’être une star de la pop mainstream ; et malgré leur succès populaire et commercial, les artistes de la French touch semblent ancrés dans leur origine underground.


Bibliographie

BARRON LEE, « Seven Ages Of Kylie Minogue: Postmodernism, Identity, and Performative Mimicry », Nebula, 2008
ESHUN KODWO, « Réinventer la house » in Shapiro Peter (dir.), Modulations : une histoire de la musique électronique, Paris : Allia (édition française), 2016
GASTAUD AMÉLIE (dir.), French Touch. Graphisme, vidéo, électro, Paris : Musée des Arts Décoratifs, 2012
GAYRAUD AGNÈS, Dialectique de la Pop, Paris : La Découverte, 2018
JULIEN OLIVIER, « La technologie de la French Touch : Les Paul ou Pierre Schaeffer ? », Musurgia, 2002
KOSMICKI GUILLAUME, Musiques électroniques : des avant-gardes aux dance floors, Marseille : Le mot et le reste, 2010
MALKIN RAPHAËL, Music Sounds Better With You, Marseille : Le mot et le reste, 2015
NEEDHAM ALEX, « Eternal pop princess shows the upstarts how it’s done. », NME, 12/9/2005
PETRIDIS ALEXIS, « You like it like this », The Guardian, 28/9/2001
POSCHARDT ULF, DJ Culture, Paris : L’Éclat (édition française), 2002
REYNOLDS SIMON, Energy Flash, New York : Little Brown & Company, 2008
SCHÜTZ VIOLAINE, Daft Punk : humains après tout, Rosière-en-Haye : Camion Blanc, 2014

English version

Présentation vidéo


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/12/2019

    […] Cette dimension « touristique » de la French Touch, loin d’être majoritaire, concerne surtout quelques artistes parmi les premiers à obtenir des succès internationaux. Cependant il semble qu’elle ait marqué et modelé la perception de ce courant à l’étranger. Ainsi lorsqu’en 2001, Kylie Minogue se réapproprie le son de la house française, elle l’associe à des éléments visuels évoquant son origine géographique et culturelle française (voir ici mon article sur ce sujet). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search